SUN CHILD NEWSLETTERS

 

 Découvrez tout ce qu'il y a à savoir sur Sun Child dans nos précédentes newsletters:

couverture newsletter37couverture newsletter38couverture newsletter39couverture-newsletter40couverture newsletter41image cover newsletter juin 2015couverture newsletter43couverture newsletter44  cover news 45
cover news 46   cover newsletter 47   cover newsletter 48   cover newsletter 49  cover newsletter 50  cover newsletter 51  cover newsletter 52   News53 Page 1
News54 Page 1   cover newsletter 55   cover newsletter 56

Ce 11 juillet, une voiture a couru la FUN CUP 20015 au nom de Sun Child

Nous avons invité la ministre Jacqueline Galant a prendre place dans notre voiture! VW Fun Cup 2015 pour voir le reportage !

IMG 6531small

Toute l'équipe de Sun Child est fière de la reconnaissance obtenue via l'Award décerné fin janvier 2015.

Nous remercions nos sponsors et nos bénévoles sans qui nous ne pourrions pas offrir un service de qualité aux enfants et à leur famille.

Cliquez ici pour en savoir plus sur l'Award

 

En 2011, le footballeur français Eric Abidal apprenait qu’il était atteint d’un cancer du foie. En dépit de la maladie, il a poursuivi sa carrière. Un véritable message d’espoir pour tous ceux qui luttent contre le cancer.

"Malgré la maladie, il y a toujours de l'espoir".

Découvrez l'article de La Libre paru le 4/2/15 dans le supplément Media Planet

A travers le témoignage de Mariana Adama, Laurence Dardenne, journaliste à La Libre nous explique le rôle capital des bénévoles.

Une belle occasion de saluer le travail effectué sur le terrain par les différents bénévoles engagés auprès de Sun Child et d'inciter ceux qui le souhaitent à nous rejoindre.

Découvrez l'article de La Libre paru le 13/12/14 dans le supplément Momento

La Fondation Roi Baudoin a publié une étude sur notre comportement en matière de don. En voici le résumé en 5 points :
  1. Contrairement à 2012, la « disposition au don » des Belges augmente. Un plus grand nombre de nos concitoyens déclare avoir donné « plus » tandis que le groupe qui a donné « moins » diminue.
  2. Les Belges considèrent le don comme un devoir moral.
  3. Le baromètre de la philanthropie est en corrélation avec le cycle économique, mesuré par la confiance des consommateurs.
  4. Le Belge préfère donner son argent pour la santé et la recherche médicale (39%), l’aide aux personnes défavorisées (21%), l’action humanitaire (18%) et l’accès à une éducation de qualité pour tous (11%)
  5. Bien qu’il soit généreux, le Belge ne distribue pas son argent aveuglément. Il veut de la clarté…..
Pour en savoir plus sur les différents aspects de la philanthropie en Belgique :
  • Lisez l'article paru en page 3 du Journal de la Philanthropie de la Fondation Roi Baudoin.
  • Connectez-vous sur www.kbs-frb.be.

Les Spirou ont fait escale à Huy, avant de terminer leur raid à Liège.

L'ambiance était au rendez-vous de la sortie annuelle des dériveurs et les jeunes skippers ont manié les "Spirou" avec beaucoup de dextérité.

Merci à eux pour leur investissement et à l'année prochaine !

Lisez le compte-rendu paru dans L'Avenir.

Vivez le Raid Mosan comme si vous y étiez ! Visualisez la vidéo de MAtélé.

20km
 

Ils ont couru ce dimanche 19 mai 2014, sous un soleil radieux, pour soutenir Sun Child. Toute l'équipe remercie Allan et Jawad pour leur engagement !

Fixons d'ores et déjà rendez-vous pour l'année prochaine pour la prochaine édition des 20 km de Bruxelles.

camionette 

Ce minibus servira principalement au transport des enfants vers les hôpitaux mais également aux séjours de vacances, au Sparadrap Circus  et lors des différentes activités de Sun Child.

Toute l'équipe remercie le généreux donateur !

Le nombre d'enfants dont nous assurons le transport vers les hopitaux augmente singulièrement.

Sun Child manque de chauffeurs et nous avons des difficultés à assurer ce service auprès des familles des enfants malades.

En tant que chauffeur, vous aidez l'enfant à poursuivre son traitement médical dans les meilleures conditions possibles et vous ôtez une épine hors du pied des familles.

Sun Child intervient financièrement dans les frais de transport.

Pour en savoir plus, contactez- nous au +32-2-734 04 01 ou par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Extrait d'un article publié dans la revue 'Juliette & Victor'

Originaire de Lille, Charlotte Beeckmans est venue s'installer en Belgique après avoir rencontré son mari, natif d'Anvers et officier de carrière.

Au gré des affectations de ce dernier, ils se sont installés en Allemagne, puis à Brasschaat au nord d'Anvers, tout près des dunes qu'elle affectionne tant, avant de se poser à Bruxelles. Charlotte, dont le regard conserve l'éternelle jeunesse des âmes qui s'enrichissent au contact des autres, a toujours fait preuve d'un dynamisme qui peut faire défaut à la vie des femmes dans les garnisons.

Accueillir les épouses étrangères des compagnons d'armes de son mari, les guider dans leur installation, organiser des réceptions, des concerts pour trouver de l'argent pour diverses associations, sont autant de casquettes qu'elle a portées, son besoin d'aller vers les autres trouvant chaque fois un écho à une sollicitation ou une solitude.

Il y a 21 ans, alors qu'elle suit une formation en psychologie, une personne lui dit qu'il faudrait s'occuper des enfants atteints du sida. Charlotte saisit la réflexion au vol, et décide de s'y mettre. « Par passion pour les gens », dit-elle, mais aussi, avec une grande pudeur, « par amour des enfants, de tous les enfants », la perte de deux des siens l'ayant sensibilisée plus qu'une autre, peut-être, à leur détresse et leur fragilité. « A l'époque, le sida faisait peur à tout le monde, les informations les plus invraisemblables circulaient sur les modes de transmission. » Charlotte veut tordre le cou à ces réactions nourries par l'ignorance.

Elle met en place, avec l'aide de son mari et de quelques bénévoles, un service de chauffeurs qui viennent chercher les enfants chez eux et les emmènent à l'hôpital : l'association « Prendre un enfant par la main » (dont le nom lui fut suggéré par sa petite-fille) est née. Viendront ensuite les « Babouchkas et Babouchkos », personnages-repères dans les services de pédiatrie et d'oncologie; puis « Sparadrap Circus », qui leur propose des spectacles de cirque, relayé par une maison qui accueille les familles durant les vacances.

Depuis plus de vingt ans, Charlotte Beeckmans accueille les bénévoles, gère les agendas, tisse ce réseau de solidarité dont elle sait qu'il ne serait rien s'il n'était relayé par autant de générosité. Il existe des personnes dont le regard vous porte, car elles ont décidé de voir en leur interlocuteur ce qu'il a de meilleur. Ce regard exprime une audace, celle de faire le pari fou de se mettre du côté de la bienveillance. Elle a fait ce pari-là.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.